Présenté par le Docteur LE SAUX Alexandre

Spécialité : O.R.L.

La Clinique du Ter continue de vous informer. Nous vous proposons un nouveau RDV infos santé sur le thème des mélanomes. Le Dr Le Saux, chirurgien O.R.L. répond aux questions suivantes :

  • Qu'est-ce qu'un mélanome ?
  • Quels sont les différents types de mélanome ?
  • Quel est le traitement pour le mélanome ?
  • Qu'est-ce qu'un curage ganglionnaire ?
  • Quelles sont les complications du curage cervical ?

Le Dr. LE SAUX répond à vos questions les plus courantes sur les cancers de la peau (mélanome).

Qu'est-ce qu'un mélanome ?

Le cancer de la peau correspond à une multiplication anormale des cellules de la peau. Le mélanome apparaît à partir des mélanocytes épidermiques même s'il est plus rare : 10 % des tumeurs cutanées. Il est aussi  potentiellement le plus grave, nous ne parlerons pas ici des tumeurs malignes provenant de l'épiderme, les carcinomes.

L'incidence du mélanome a été multiplié par cinq chez l'homme et par trois chez la femme en trente ans, c'est la plus forte augmentation d'incidence de tous les cancers. Sa fréquence est liée à une meilleure prise en charge des formes débutantes, à une meilleure connaissance histologique et malheureusement, à une modification de nos comportements face au soleil. Le nombre de nouveaux cas par an en France est de 10 000, la  mortalité est stable, de l'ordre de 1500 par an.

Les principales causes sont une surexposition aux UV et les prédispositions héréditaires. Il existe plusieurs facteurs de risque dont l'âge, les coups de soleil, certains types de peau très claire et la présence de nombreux grains de beauté. S'il n'est pas traité, il s'agit du cancer cutané le plus grave car il existe un risque de dissémination à distance du site d'apparition, dans les ganglions et un risque de métastases viscérales à distance.

Quels sont les différents types de mélanome ?

Les formes superficielles sont les plus facilement dépistées. Elles évoluent lentement, elles prennent l'aspect d'un grain de beauté, pigmenté, nouvellement apparu dans 80% des cas. Plus rarement, elles compliquent un grain de beauté préexistant qui va changer d'aspect.

Dans 5% des cas, il n'exprime pas de caractère tatoué, on parle alors de mélanome achromique. Les formes nodulaires, ulcérés ou achromiques sont de reconnaissance plus difficile et de diagnostic souvent retardé.

Toute lésion nouvellement apparue prenant un aspect tumoral ou ulcéré et ne régressant pas spontanément, doit faire l'objet d'une biopsie voire d'une exérèse.

Il a été établi une liste de cinq critères A / B / C / D / E :

Si trois de ces cinq critères sont réunis la lésion est fortement suspecte de mélanome.

Quel est le traitement pour le mélanome ?

La prise en charge du mélanome est pluridisciplinaire. Les décisions sont prises en réunion de concertation pluridisciplinaire regroupant généralement les dermatologues, chirurgiens, radiothérapeutes, oncologues afin de prendre la meilleure décision thérapeutique.

Lorsque la tumeur primitive est isolée, il faut réaliser une exérèse chirurgicale avec une marche définie en fonction de l'envahissement en profondeur. Il peut s'y associer une technique du ganglion sentinelle, cette technique consiste à rechercher le ou les premiers relais ganglionnaires, à la recherche de micro métastases.

Dans les formes évoluées, métastatiques, un traitement par thérapie ciblée, chimiothérapie ou radiothérapie doit être envisagée.

Qu'est-ce que la technique du ganglion sentinelle ?

Il s'agit d'une technique qui couple à la fois, un examen d'imagerie après injection d'un traceur radioactif aux points cardinaux de la tumeur, à la recherche de premier relais  ganglionnaire, dans le territoire de drainage de la tumeur primitive, qui couple une intervention chirurgicale afin de réaliser l'exérèse du ou des ganglions et un examen anatomo-pathologique  à la recherche de ces fameuses micro métastases.

En cas de ganglions sains, on propose alors une simple surveillance, on parle de déflation thérapeutique alors que si le ou les ganglions sont  envahis, un traitement complémentaire est proposé.

Qu'est-ce qu'un curage ganglionnaire ?

Le curage ganglionnaire est une chirurgie qui consiste à enlever les ganglions lymphatiques d'un territoire de drainage, on pratique cette intervention pour retirer les ganglions  lymphatiques afin d'éviter la propagation des cellules cancéreuses qui pourraient mettre votre vie en jeu. Cette intervention est réalisée sous anesthésie générale, en hospitalisation. Pour la sphère ORL,  il s'agit d'un curage ganglionnaire cervical, uni ou bilatéral. L'exérèse peut être plus ou moins large selon l'envahissement des ganglions et éventuellement concerner les muscles, les veines  voire certains éléments nerveux du cou. Un drainage aspiratif sera en règle générale mis en place au niveau de la région opérée.

Il sera maintenu pendant quelques jours. La durée d'hospitalisation et les soins post opératoires sont variables, les fils ou les agrafes sont retirés une dizaine de jours après l'intervention.

Quelles sont les complications du curage cervical ?

Parmi les risques immédiats, une hémorragie est possible. Elle est rare mais nécessitera alors un geste chirurgical d'hémostase. Un hématome peut se produire au niveau de la loge opératoire,  celui-ci peut également nécessiter un geste de drainage chirurgical ou d'hémostase.

Une désunion de la cicatrice, une surinfection, de la loge opératoire nécessiteront des soins locaux, un traitement médical et éventuellement une reprise chirurgicale.

Un épanchement ou un écoulement de lymphe peut survenir en cas de curage étendu. Il mettra plusieurs semaines à se tarir et peut nécessiter une réintervention.

Concernant les risques secondaires, en dehors de la cicatrice qui peut être fibreuse ou épaisse voire douloureuse, on peut observer des zones d'insensibilité au niveau du cou et du lobe de l'oreille. Il faut signaler également la possibilité de douleurs cervicales ou au niveau de l'épaule, avec gêne fonctionnelle à la mobilisation du bras nécessitant alors le recours à de la kinésithérapie. Cette intervention  ne met pas à l'abri du risque de récidive ultérieure de la tumeur.

Le mélanome est une tumeur cutanée grave. L'avis du dermatologue est indispensable devant l'apparition d'une  lésion cutanée tatouée ou l'évolution d'un grain de beauté. La prise en charge chirurgicale reste essentielle devant ce type de tumeur